Accueil > REINVENTERRA > Le réseau

Le réseau


Le Réseau REINVENTERRA

À l’heure actuelle, au Canada et dans le monde, l’accès et le contrôle des ressources naturelles et les conditions de leur mise en valeur présentent des défis cruciaux qui traversent et questionnent les modes d’organisation des sociétés. L’accès à ces ressources est abordé le plus souvent de manière sectorielle – mines, forêts, terres agricoles –, micro-macro et géographique (Asie, Afrique, Amérique du Nord, Amérique latine). Or, ces cloisonnements occultent les dynamiques communes sous-jacentes aux transformations de la gestion des ressources naturelles et des territoires à l’échelle locale et globale, tout en orientant faussement les réponses réglementaires et les politiques mises de l’avant pour répondre aux crises convergentes qui caractérisent l’économie politique mondiale : crise financière, crise de l’énergie, crise alimentaire et changements climatiques.

Afin de sortir de ces cloisonnements, ce réseau propose de réunir des instances académiques et des organisations de la société civile provenant des 3 régions concernées (Afrique de l’Ouest, Asie du Sud-Est et Amérique latine). Nous visons la construction d’un partenariat de recherche à caractère interdisciplinaire et l’instauration d’une programmation commune de recherche afin de favoriser une coproduction multisectorielle des connaissances pour une compréhension intégrée de ces enjeux. Les approches privilégiées dans la constitution du Réseau d’études internationales sur la valorisation et l’exploitation de la nature, des terres et des ressources en Afrique, Asie et Amérique latine (REINVENTERRA) seront enrichies grâce au apports des six partenaires principaux : Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et le Centre d’études de l’Asie de l’Est (CÉTASE) de l’Université de Montréal au Canada, Third World Studies Center (TWSC), Quezon City, Philippines, Sud-Est asiatique, la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN), Bamako, Mali, et le Groupe d’Études et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA), Faculté des Sciences Juridiques et Économiques, Bamako, Afrique de l’ouest et le réseau latino-américain coordonné par le Centro de Investigacíon Sociedad y Políticas Públicas (CISPO), Universidad Los Lagos, Santiago, Chile et l’Institut d’études stratégiques et politiques publiques (IEEPP), Managua, Nicaragua et aux autres partenaires impliqués via la création d’espaces de dialogue (i) entre chercheurs et organismes travaillant sur des secteurs distincts (ii) de même qu’entre réseaux de différentes régions. Ce réseau permettra entre autres aux partenaires de contribuer à la production de nouvelles connaissances et de valoriser leurs résultats de recherche à une plus grande échelle grâce à des activités de diffusion auprès des décideurs.

The REINVENTERRA Network

At present, access to natural resources and the conditions under which they are exploited and developed represent crucial challenges which characterise and question the basis of the organization of resource rich societies, whether in Canada or elsewhere in the world. Issues surrounding access to these resources are most often approached from a sectorial perspective - mines, forests and farmlands, from a micro or macro perspective, or again, in a geographically specific manner (Asia, Africa, Latin America or North America). However, this type of compartmentalisation tends to overshadow and even mask the common underlying trends which accompany these transformations. It can also contribute to inappropriate responses with regard to the renewing of the regulatory and policy responses to the resulting tensions, conflicts and crises which characterise the global political economy (whatever the form these may take, whether financial, or crises related to energy, access to food, or climate change) and which arise at least in part due to these processes

In order to move beyond such compartmentalised approaches, this new interdisciplinary network brings together researchers from academic institutions and actors from civil society organisations from three regions (West Africa, South-East Asia and Latin America). Participants in the network share a common research programme and have as their objective to contribute to the renewal of holistic and cross-sectorial approaches and, more specifically, to the understanding of the transformation of the forms of appropriation of resources in general. The approaches privileged by the REINVENTERRA Network (Réseau d’études internationales sur la valorization et exploitation de la nature, des terres et des resources en Afrique, Asie, et Amérique latine) reflect the contributions of the six principal partners : Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) at the Université du Québec à Montréal (UQAM) and the Centre for East Asia Studies (CÉTASE) of the University of Montreal in Canada, Third World Studies Center (TWSC), Quezon City, Philippines, South-East Asia, the Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN), Bamako, Mali, and the Groupe d’Études et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA), Faculté des Sciences Juridiques et Économiques, Bamako, West Africa, and a Latin American network coordinated by Centro de Investigacíon Sociedad et Políticas Públicas (CISPO), Universidad Los Lagos, Santiago, Chile and the Institut d’études stratégiques et politiques publiques (IEEPP), Managua, Nicaragua, as well as other partners who have been involved in the creation of a dialogue (i) among researchers and organisations working on specific sectors, and (ii) among networks from different regions. This new network aims to provide the conditions to permit its partners to contribute to the generation of knowledge and understanding, to stimulate the work and improve the quality of the results of the participants in the various research teams, to make results available to decision makers, and to improve the dissemination of research results on a regional and international scale.

Flèche Haut