Accueil > REINVENTERRA > Partenaires

Partenaires

Depuis 1976, le Centre d’étude de l’Asie de l’Est CÉTASE est un centre universitaire à l’Université de Montréal établi pour assumer la coordination et le développement de la recherche académique et de l’enseignement liés à l’Asie de l’Est (e.g. Programme de baccalauréat récemment développé sur cette région). La Chaire en études asiatiques sert de pôle dynamique autour duquel certaines des recherches du Centre gravitent. Le CÉTASE a participé à plusieurs études en lien avec les questions agraires (Philippines et Bangladesh) notamment grâce à son réseau développé avec le TWSC depuis 1996. Par l’entremise du REDTAC (dont D. Caouette est aussi directeur), le CÉTASE contribue actuellement à des études d’impacts des accaparements de terres agricoles en Afrique de l’Ouest avec son partenaire dans la région ; la COPAGEN et une ONG canadienne Inter Pares.

Le Centre interdisciplinaire de recherche en développement internationale et société CIRDIS est un centre de recherche interdisciplinaire établi à l’UQAM qui regroupe une vingtaine de chercheurs (sociologie, sciences juridiques, études urbaines et touristiques, géographie et science politique) de l’UQAM, l’Université de Montréal, Concordia, Ottawa et Harvard.. Fondé en 2011, le CIRDIS s’inscrit dans la consolidation des acquis et le prolongement du travail de la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement (2006-2011) et du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA) en 1998. Depuis 15 ans, les chercheurs du GRAMA contribuent très activement aux débats sur la formulation de politiques publiques, que ce soit au Canada, en Afrique (notamment à la CEANU), ou au niveau international de manière à renouveler les politiques et les stratégies des acteurs impliqués dans le secteur minier africain.

Le Centro de Investigaciones Sociedad y Políticas Publicas (CISPO) a été fondé en 2010 et est basé sur le Campus de Santiago de l’Université de Los Lagos. Ce centre se spécialise sur l’étude des politiques publiques du point de vue des relations entre la société et l’État. Il met l’accent sur les questions liées à la participation des citoyens, aux conflits autour des ressources territoriales, à la mise en œuvre des politiques avec l’approche des droits, au développement territorial et aux expériences de concertation entre les autorités locales et régionales et les OSC. Le CISPO offre une formation académique de niveau maîtrise et des cours dirigés sur ces thématiques aux cadres et fonctionnaires.

L’Instituto de estudios estratégicos y Políticas Pública (IEEPP) est un think tank indépendant, fondé en 2004 au Nicaragua et dédié à la recherche et à la promotion de la participation aux affaires publiques. L’IEEPP s’est imposé en raison de son expertise dans l’analyse des institutions en se spécialisant dans le suivi des politiques publiques ainsi que des processus nationaux et régionaux liés à deux secteurs stratégiques, soit la défense/sécurité et la gouvernance. Dans leur Plan stratégique 2013-2016, l’IEEPP a créé un axe sur le thème des ressources naturelles pour développer l’analyse sur les problèmes de gestion et de participation citoyenne active. Il collabore avec différents réseaux et alliances telles que la Coordinadora Civil et la Red de Desarrollo Local ainsi que l’Université américaine au Nicaragua.

La Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN) est un réseau composé de neuf coalitions nationales implantées dans autant de pays de l’Afrique de l’Ouest. Les coalitions nationales regroupent des OSC (paysans, jeunes, femmes, ONG, syndicats, mouvements de défense des droits de l’Homme, associations de consommateurs). Le comité scientifique régional est composé de personnalités de haut niveau (généticiens, sociologues, juristes, économistes, etc.). À l’origine, la coalition se concentrait spécifiquement sur la question des semences, mais elle s’intéresse aujourd’hui à diverses questions liées à la gouvernance des territoires et des ressources, notamment via un projet de recherche financé par le CRDI sur les impacts des acquisitions de terres sur la souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest réalisé en collaboration avec le REDTAC et Inter Pares.

Le Groupe d’Études et de Recherche en Sociologie et Droit Appliqué (GERSDA) est une organisation à but non lucratif (association) créée en août 2006 par des professeurs de la Faculté des Sciences Juridiques et Économiques de l’Université de Bamako. Le GERSDA se donne pour objectif de contribuer à la consolidation de l’État de droit et de la citoyenneté, à travers la recherche en sciences juridiques et dynamiques socio-économiques, la formation, la sensibilisation des populations, l’appui aux structures publiques nationales et locales, le conseil et la diffusion de la connaissance juridique. Dans ce cadre, le GERSDA mène des recherches fondamentales et appliquées dans les disciplines juridiques et sociologiques, diffuse leurs résultats auprès des populations, réalise des études sur le foncier, l’impact environnemental, la décentralisation et les dynamiques locales, les politiques publiques et le management des services publics.

Le Third World Studies Center (TWSC) est un institut de recherche basé au sein de la Faculté des sciences sociales et philosophie (CSSP) à l’Université des Philippines. Cet institut est né en 1977 d’un colloque interdisciplinaire réunissant des professeurs sur des enjeux communs et sensibles aux réalités du Tiers-Monde. Depuis sa création, TWSC s’intéresse aux questions philippines, régionales et mondiales liées à l’économie-politique, à la démocratie, au développement et à la promotion d’alternatives politiques progressistes. Sa mission consiste à créer des espaces de discussion et de dialogue, de réaliser des études novatrices et de permettre la construction d’une communauté d’activistes-chercheurs. La recherche, les publications, la formation, la sensibilisation et les échanges figurent parmi les activités du centre.

Flèche Haut